Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Posture, le premier des apprentissages !

Par Jean-Pierre LABRU, renshi 7e dan de Kendô

Combien de fois dans mon enfance, et pas forcément au cours de Kendô, j'ai entendu : "Tiens toi droit, redresse toi !!!"

La posture ou la position du corps dans l'espace

Dans tous les domaines de la vie, une bonne posture nous est recommandée.
Quand on apprend à conduire, ou afin de ne pas se faire mal au dos quand on porte une charge lourde, et comment se tenir correctement assis à son bureau, ... et bien il existerait une posture optimisée afin d'appréhender le Monde qui nous entoure, une posture comme l’accomplissement ultime des dizaines de milliers d'années d'évolution de l'espèce humaine : la posture debout.
La posture dans laquelle tous nos sens sont aux aguets, pour ne pas dire tous nos instincts, celui de conservation en premier; la posture où la mise en mouvement est immédiate, opportune et pertinente; cette posture c'est La Posture !

La théorie du cerveau reptilien

Nos sens et nos instincts sont gérés, d'après certaines théories, par une partie de notre cerveau appelée le « paléo cortex » ou « cerveau reptilien ». Extrait de Wikipedia :"Il est responsable des comportements primitifs assurant nos besoins fondamentaux. Il assure la survie de l'individu et de l'espèce.... Une même situation, un même stimulus, entraînera toujours la même réponse. Cette réponse est immédiate, semblable à un réflexe."
Par la posture adéquate nous mettant dans les meilleures dispositions pour appréhender et réagir, le reptilien, prend en compte immédiatement la situation et nous fait agir par exemple, dans le cas qui nous occupe, selon les principes, notamment d'homéostasie, de l'instinct de conservation.
L'action n'est ni réfléchie, ni préméditée, elle est juste immédiate et adaptée le mieux possible à la situation.

Le lien avec d'autres pratiques

J'ai suivi en 2010, dans le cadre professionnel, une formation à "l'art oratoire".
En fait, cette formation portait sur la capacité à prendre la parole de façon convaincante afin que son discours laisse "une trace" dans l’assistance. Le propos principal de la formation était de relier étroitement la posture à la portée du discours.
La meilleure posture permettant d'appréhender son environnement, donne la possibilité de ressentir les forces en présence, ici l'auditoire et ses réactions, afin que les idées soient véhiculées par des mots soigneusement suggérés, par le reptilien, en fonction de ce que l’on perçoit.
Une telle démonstration est faite régulièrement par Barrack Obama lors de ses discours. Quelques idées fortes, pas de notes, une posture parfaite et voilà un orateur exemplaire (dixit la formatrice).

L’apport pour la pratique du Kendo

Cette capacité à percevoir, à lire son environnement, est très utile dans nos activités. Ressentir les capacités, les intentions, la détermination, du partenaire sont autant d'informations essentielles à notre capacités à gérer au mieux de nos intérêts ;^) toutes les situations.
Cette posture, ceux qui pratiquent l’arbitrage, la connaissent bien. Depuis que les stages d’arbitrage existent, les senseï Japonais systématiquement insistent sur la position.
Un arbitre efficace est celui qui, lors du shiaï, est le plus souvent possible idéalement placé sur le shiai-jo et immobile dans cette posture. En effet, on est bien plus apte à juger un ippon de Kendô quand on est bien placé pour bien voir ce qui se passe et immobile afin de percevoir correctement toutes les composantes des mouvements du combat (trajectoires, vitesse, puissance).
Arriver à percevoir tout ce qui concerne son partenaire c’est une chose mais cette acuité ne s’arrête pas là. Je ne me souviens pas du terme japonais mais la capacité à percevoir de façon plus large que limitée à son partenaire a été théorisée par Myamoto Musashi sans doute étayée par l’expérience de ses combats qu’il a menés seul contre une foule mal intentionnée. ;^)
Pour mon cas particulier, malgré l'armure et le casque qui réduit le champs visuel, j'ai développé une capacité à voir mais aussi à entendre les sons des combats limitrophe et même, à ressentir par le sol, les vibrations des déplacements.
Durant mes années de compétiteur (En équipe de France de 1990 à 2003), je n'ai jamais eu besoin de regarder les arbitres comme le font certains compétiteurs, afin de savoir si les drapeaux sont levés. Parfois même, il m'est arrivé, l'instant suivant un ippon que je venait de marquer, de capter certaines réactions du public en bord de shiai-jo.

Les risques d’une mauvaise posture

A contrario, les différentes variantes de mauvaises posture peuvent « handicaper » les pratiquants que nous sommes.
Un arbitre qui ne prends pas régulièrement sa posture idéale, par exemple en ne joignant pas ses talons à chaque fin de déplacement, se verra enclin à la même approximation dans son jugement.
Un casque (Men) mal adapté, la grille du men n’étant pas pas à la bonne position (les yeux en face de l’écartement plus large de la grille), et qui induit un certain port de tête, souvent en l’inclinant vers l’avant, limitera le champs visuel en terme de perception et ne positionnera pas idéalement le haut du corps pour un mouvement optimisé des bras.
En termes de maintien, une posture inadéquate hypothéquera notre capacité à mouvoir notre corps d’un bloc et ainsi délivrer un kikentai parfait.
Bien d’autres mauvaises posture entraine des difficultés supplémentaire, d’où l’intérêt de rechercher en permanence la bonne posture. De plus, cela induit un travail de proprioception* qui par définition est propice à l’apprentissage.

La recette de la posture idéale

Si vous attendiez à ce que je vous donne la recette de la posture idéale, vous avez lu tout ça pour rien !!! ;^)
Nous sommes tous différents, anatomiquement, physiologiquement et mentalement. De par ce fait, on peut donner quelques repères mais on ne peut pas « reproduire » sur ses élèves les positions qui ont « fonctionné » pour nous mêmes : c’est un chemin personnel !
Un petit indicateur tout de même, et vous l’avez sans doute compris à la lecture de cet article, pour mon cas, la pratique régulière de l’arbitrage a largement participé à l’amélioration de ma Posture.
Alors quand, après des années de recherche personnelle constante (pas uniquement sur le dojo), et sans vous être découragé, vous aurez trouvé Votre Posture, je serai en mesure de vous dire : "Voilà !"

*Proprioception par wikipédia : « La proprioception (formé de proprio-, tiré du latin proprius, « propre », et de [ré]ception) ou sensibilité profonde désigne la perception, consciente ou non, de la position des différentes parties du corps. Elle fonctionne grâce à de nombreux récepteurs musculaires et ligamentaires, et aux voies et centres nerveux impliqués. »

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :